Une du journal du PS de Vendée

"  L'APRES REFERENDUM

Le Oui des Socialistes fut celui des militants, le Oui de la base après débat et vote. Le Référendum interne a été l'honneur du Parti Socialiste. Nous avons perdu dans le pays ( ce n'est pas la première fois). Le vote de la Nation doit être respecté bien sûr, mais il ne saurait engager le Parti qui doit continuer à oeuvrer pour construire une Europe sociale. Des adhérents du Parti ont renié le vote des militants et appelé à voter Non avec Le Pen, De Villiers, avec les fachos et les salauds. Ils ont appelé à voter Non avec Chevènement, le nationalo-populiste, Non avec le PC et les stalinos-nostalgiques du mur de Berlin qui rêvaient que de refaire une santé au PC. Ils ont voté Non avec l'extrême gauche qui a encore l'Albanie pour modèle. Non avec celles et ceux qui, le 21 avril ont éliminé Jospin. Le même vote anti-européen, anti-PS, aura les mêmes conséquences. Ils ont constitué une alliance nauséabonde "rouge brune", remis à l'ordre du jour le cauchemar de la fin du 20ème siècle, les camps et le goulag. Dans cet étrange attelage et dans les 55% du Non, ils ne pèsent pas lourd, leur sort est écrit d'avance. Ils ont pourtant, maintenant, le devoir au sein de cet étrange attelage "rouge brun", de travailler à la "renégociation" européenne qu'ils ont annoncée. En politique, il faut tenir les promesses et non promettre la révolution demain... Les militants socialistes, qui sont, il faut le dire avec fierté, des sociaux-démocrates, se remettront au travail pour un Projet Socialiste pour les 10 ans à venir. Projet qui doit aller du local à l'international...

En conclusion, je dis le plaisir de tous d'avoir vu le « oui » gagner en Vendée. la Fédération a gagné ce qui semblait un impossible pari... J'aurais aimé la France à l'heure de la Vendée. »

Jean BURNELEAU

Pour un grand Parti Socialiste Motion  A - congrès de Dijon.
Premier Secrétaire Fédéral, Conseiller Régional des Pays de la Loire