HORS DU JARDIN D'EDEN, C'EST L'ESCLAVAGE

 

 

 


Selon Darwin le matérialiste, Cuvier le zoologiste, Phusis le biologiste avec son célèbre ouvrage « Rajeunir », l'homme à son origine, d'après son anatomie n'était ni carnivore ni omnivore, il était frugivore. Spencer, Heinkel et bien d'autres également l'ont amplement démontré .

 

 

LA CIVILISATION MERCANTILE.

 

Du ciel les démons sont descendus sur terre pour chasser l'homme du paradis, là où il n'avait qu'à tendre la main pour cueillir le fruit de l'arbre de vie que lui offrait à profusion et si généreusement le Créateur.

Pour en arriver à leurs fins les démons condamnèrent l'homme à se nourrir d'herbe des champs et de racines (Génèse 18).

L'homme se senti si faible et si désemparé qu'il éprouva le besoin de se faire traîner par une bourrique, puis sur un chariot à roulettes toujours traîné par une bourrique, puis par un cheval, plus rapide, pour en venir à la voiture automobile de nos jours.

Pour le fortifier mais surtout pour l'abêtir et « l'idiotifier » les dieux de la Bible l'invitèrent à « tuer et à manger gros et menu bétail selon tous ses désirs » (Deutéronome 21).

 

L'homme servile et ingrat obéissait ainsi à Satan ne se doutait pas qu'il allait s'emprisonner dans un monde artificiel, caricatural, carnavalesque et cauchemardesque. Son sang en perdant sa spécificité allait devenir lourd, boueux, acidifiant, détraquant son organisme. But recherché par Satan pour maîtriser l'être humain et l'avoir sous sa tutelle pour mieux le coloniser et l'exploiter.

 

Mal dans sa peau, c'en était fini pour l'homme de sa joyeuse insouciance et de sa félicité ; c'était sa dégénérescence avec toute sa pauvreté et tous ses handicaps physiques et mentaux suite à son aberrante et rocambolesque façon de se nourrir les sangs. Sur le plan mondial il s'en suivit d'éternelles crises économiques avec ses guerres devenant de plus en plus dévastatrices sans compter les ravages dus au déséquilibre climatique causé par les inondations et les séismes.

L'homme n'était plus qu'un sous-homme.

 

Ayant perdu sa souveraineté, la situation de l'homme est celle de la chèvre esclave de son pieu ; elle peut aller de gauche à droite et de droite à gauche mais pas trop loin sinon c'est le brutal rappel en arrière.

 

« Au travail bande de fainéants ! »

L'homme s'étant mis à travailler à la sueur de son front, du sol il en sortit des blockhaus. Des blockhaus par milliers. D'abord ceux dans lesquels il devait s'abriter des intempéries et en même temps se protéger de ses semblables, tentés de prendre son argent qu'il devait cacher derrière des portes blindées avec serrures à clef. Sans argent il ne pouvait tenir en vie. Il se construisit les administrations indispensables pour régler l'infinité de problèmes causés par la civilisation, puis ceux appelés « hôpitaux », ayant charge de lutter contre les 300 maladies dont l'homme est victime, puis des « asiles d'aliénés » pour les épuisés du cerveau. On construisit des prisons pour enfermer les récalcitrants, puis des bâtiments froids et glacials surnommés banques là où l'amour se convertit en argent puis en papier et qu'on baptise billet de banque. On fit sortir de terre toutes sortes d'usines pour fabriquer des machins et des machines, casseroles, marmites, et fourneaux pour faire cuire rosbifs, cuisses de cochons et poitrails de vaches afin de les ramollir pour qu'elles puissent mieux passer dans l'estomac. De ces usines on sortait les oripeaux vestimentaires pour cacher notre nudité, faisant suite aux peaux de biques que portaient nos premiers parents.

 

Quoi qu'il en soit, le travail est une injure faite à Dieu.

 

Le travail aura été pour l'homme une torture (en latin le mot travail signifie torture). Mais pour le moment l'homme ne se rend compte de rien. Il pense que c'est là une chose naturelle que de travailler pour vivre. Fabriquer des bombes et des canons ou faire du fromage peu importe, pourvu que ça rapporte de l'argent. Il vit dans une inconscience complète de CE QUI EST et de CE QU'IL FAIT. Il est semblable à un aveugle plongé dans un monde ensoleillé et lumineux, mais étant aveugle il se trouve dans la nuit. Il ne peut prendre conscience à quel point il s'est éloigné du naturel pour entrer dans l'artificiel. La loi des causes et des effets, la loi des équivalences lui échappent complètement. La facilité et la docilité avec laquelle on part en guerre dès l'appel sous les drapeaux, et cela pour s'étriper les uns les autres démontre d'une façon flagrante que l'homme ne s'appartient plus, et qu'il n'a plus la tête à lui.

 

On est venu sur terre pour avoir une fonction qui puisse rapporter de l'argent. Tout travail est bon pour y parvenir. On verra même des hommes entrer dans des casernes pour consacrer leur vie à se perfectionner dans l'art de tuer le plus grand nombre possible de leurs semblables dès que l'appel sous les drapeaux aura sonné. On appelle ces gens là des militaires (armée de métier) on a beaucoup de respect pour cette profession, surtout quand ces hommes sont en uniforme. Ils gagnent bien leur vie.

Il y a peu de temps encore, et cela existe toujours paraît-il, des hommes appelés vidangeurs dont leur rôle dans la vie est de vider les fosses d'aisance avec un grand tuyau qu'ils traînent avec eux du matin au soir. Ça ne leur enlève pas l'appétit, paraît-il !

Evidemment il y a des métiers moins barbares. Par exemple celui de chiffonnier un métier en voie de disparition à cause du bruit qui se fait dans les villes. On l'entendait crier « C'est le chiffonnier qui passe » n'avez-vous rien à vendre : chiffons, peaux de lapins ?  Il s'annonçait souvent avec une petite trompette. Ma mère accourait pour lui vendre des vieilles guenilles ou des os tirés du pot au feu pour être transformés en papier pour les billets de la banque de France.

 

*

* *

Pour lutter contre ses 300 maladies et avoir une meilleure santé il a recours à la chimie avec ses nutriments, super nutriments, Oméga 3 et Oméga 6 après les découvertes des vitamines A B C et les protéines. On avait commencé par les calories qui devaient apporter du sang aux anémiés.

Il va chez le pharmacien comme chez l'épicier avec le même filet qu'il bourre de médicaments. Du reste les pharmacies sont déjà sur le point de remplacer les magasins d'alimentation. A Cosne-sur-Loire, une bourgade de la Nièvre il y a déjà 7 pharmacies pour 3 magasins d'alimentation. On compte aussi 5 arracheurs de dents !

 

Qu'est-ce que les oiseaux du ciel peuvent rigoler en voyant les hommes se comporter dans la vie aussi sottement.

Pourtant les mille variétés de fruits plus succulents les uns que les autres que portait l'arbre de vie avaient été créées pour apporter à l'homme santé et bonheur infini.

 

*

* *

Cependant un jour viendra où l'homme après avoir tout expérimenté comprendra qu'il est nécessaire de redonner à la terre sa toison verte en la reboisant et en y plantant 3 à 5 fois plus d'arbres fruitiers qu'il n'y en a actuellement. Ce sera la fin de la malédiction régnant sur cette planète. La vie alors prendra un tout autre sens, une toute autre tournure, une toute autre allure.

Plus de famines dans le monde, plus de misères, plus de maladies, plus de guerres, plus de crises économiques. Jugulés également le déséquilibre climatique. Disparition de la surface terrestre de tous les blockhaus établis, bâtiments d'habitations, administrations, hôpitaux, asiles d'aliénés, prisons, fabriques textiles où on fabriquait les oripeaux vestimentaires pour remplacer les peaux de biques. Disparitions des banques avec leurs billets. Disparition de cette polluante industrialisation qui abrégeait la vie sur cette terre.

Plus besoin d'engrais chimiques, de fonticides, d'herbicides, de pesticides et de produits dits « conservateurs » pour soi-disant améliorer les récoltes mais qui en fait nous empoisonnaient, surtout les conservateurs qui font d'un aliment un corps mort n'étant plus assimilable pour l'organisme.

Maintenant les roses sont sans parfum et à la campagne on ne voit plus de papillons.

 

*

* *

Ce sera la pleine santé et la joie radieuse pour tous. Nous vivrons avec la sensation d'être en état d'apesanteur tant nous nous sentirons légers et souples. Nous chanterons, danserons, courrons, sauteront, voltigeront, nous survolerons, et pourquoi pas, visiterons les autres planètes sans besoin de se munir de sondes et d'engins spatiaux.

Il suffira d'abandonner l'artificiel pour reprendre le chemin du naturel comme l'enseignait Jésus-Christ quand il disait : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ».

Etant sorti du « Ici et maintenant » en se réfugiant ou dans le passé ou en ne vivant que pour l'avenir, il replacera son « moi » dans le présent, c'est-à-dire dans l'orbite du naturel de la façon qu'on remettrait un organe dans l'organisme. Alors nous pourrons vibrer à l'unisson avec la Vie et connaître la vraie jouissance du présent. La « vallée des larmes » ne sera plus qu'un souvenir. Elle sera devenue la vallée des fleurs et du bonheur.

Nota  : Au 18 ème siècle la surface des forêts sur la terre était de : 7 600 000 000 d'hectares. Au 19 ème siècle elle était de 5 500 000 000 d'hectares. Actuellement il ne reste plus que 2 800 000 000 d'hectares. En Ethiopie, au début du siècle, 10 % du territoire étaient recouverts de forêts. Aujourd'hui il n'en reste plus que 3 %. De 1980 à 1995 d'après l'ONU, la terre a perdu plus d'un million et demi de Km². Quant à l'arbre fruitier, il n'occupe plus que le 100 000ème de la surface terrestre.

 

 

Alphonse JACQUEL

Pour contact avec l'auteur, écrire à :

A. Jacquel
4, rue Paul Bourget
38100 Grenoble