Comité de Soutien à Joss Rovélas Contre la Négrophobie

Nous disons non à l'instrumentalisation de l'anti-sémitisme !

Joss Rovélas, militant de la communauté noire, militant syndical, militant tiers mondiste et voix des damnés de la terre, est l'objet d'une machination orchestrée par la Direction de La Poste DOTC Paris Sud.

Que lui reproche t-on ?

D'avoir défendu contre la négrophobie (le racisme anti-noir), le groupe humain auquel il appartient, insulté racialement par une pétition de la haine initiée par Alain Finkielkraut et Bernard Kouchner ,entre autres, parue dans le journal Le Monde à l'occasion des manifestations lycéennes contre la loi Fillion.

Le caractère hautement raciste de cette pétition, la qualité des personnes fautives proférant ces propos et analyses négrophobes auraient du conduire les Pouvoirs Publics, les associations prétendant à la défense des droits de l'homme ainsi que les autres membres de la société civile à des condamnations fermes et même à la saisine des tribunaux pour propos racistes et incitation à la haine raciale.

Au lieu de cela silence assourdissant !

Ce n'est pas la première fois que la violation des droits humains a lieu sans riposte mais c'est la première fois qu'elle est combinée avec autant de lâcheté, de cynisme, d'arrogance et de complicité

Le texte que vous trouverez en document joint, et qui excite tant les dirigeants de La Poste DOTC Paris Sud, est en fait un appel à la mobilisation contre les violations insupportables des droits humains caractérisées par :

1) la pétition de la haine de Messieurs Finkielkraut et Bernard Kouchner

2) les ventes aux enchères scandaleuses d'objets et d'écrits se rapportant au crime contre l'humanité et au génocide perpétrés durant plusieurs siècles à l'encontre des noirs.

C'est donc ce texte du COFFAD (Collectif des Filles et Fils d'Africains Déportés) qui fait l'objet de fausses accusations d'anti-sémitisme montées de toutes pièces par la DOTC Paris Sud.

L'anti-sémitisme pratiqué durant des siècles en Europe par des européens vis à vis d'autres européens et ayant conduit à l'abomination criminelle nazie est non seulement condamnable mais doit faire l'objet d'un maintien de mesures de lutte comparables à celles pratiquées contre toutes les formes de racisme.

Toutefois aucun citoyen français ou européen ne doit pouvoir s'abriter derrière de fausses accusations d'anti-sémitisme pour pratiquer la négrophobie (le racisme anti-noir) qui malheureusement a laissé des séquelles indélébiles à tous les étages de la société française.

La négrophobie : La Poste en connaît pourtant un rayon !

La Poste qui a pratiqué des discriminations importantes et graves durant des années vis à vis de ses personnels français originaire d'Outre Mer, noirs faut-il le rappeler, aurait été bien inspirée de s'occuper de régler enfin le contentieux sur l'égalité des droits civiques avec les populations des régions des Dom Tom et ses ressortissants vivant sur le sol européen de la France.

Ces ressortissants, les Antillais, Guyanais et Réunionnais qu'elle a condamné à vie en France métropolitaine durant plus de 40 ans en bafouant leurs droits et l'égalité avec les autres français sur des sujets aussi nombreux et variés que : le droit de retour au pays par les Mutations, le droit de revoir ses proches et de se ressourcer par le Congé Bonifié, le droit à Réparations par l'Indemnité d'Eloignement et par la fin du sous-équipement structurel postal des régions d'Outre Mer...

Nous n'accepterons pas de procès truqué !

Après les propositions folles de Révocation du directeur, M. Christian Pauliac, la DOTC s'est rabattue sur l'exclusion de fonctions d'au moins trois mois. C'est vrai qu'entre temps le personnel du centre de tri de Paris Charolais s'était mobilisé efficacement faisant annuler une première mise à pied...

La parodie de justice de La Poste DOTC Paris Sud continue puisque après un report de la précédente farce du 20 juillet, 1ere convocation, annulée pour vice grave de forme, elle remet ça pour le 24 août 2005 à 9h 30 !

Nous appelons tous ceux et toutes celles épris véritablement de défense de tous les droits humains pour tous les humains à venir nombreux et nombreuses manifester devant :

La Direction de La Poste de la DOTC Paris Sud 6 rue François Bonvin Paris 15e
(métro : Ségur ou Cambronne)
le mercredi 24 août 2005 à 9h 30

Paris le 29 juillet 2005

Comité de Soutien à Joss Rovélas Contre la Négrophobie " comsoutjossrovelas@hotmail.fr "

 

 

 

Appel à mobilisation, Samedi 9 avril 2005 de 10h à 14h

 

Avec Alain FINKIELKRAUT, Bernard KOUCHNER et le mouvement sioniste HACHOMER HATZAIR, les menaces contre la jeunesse antillaise et africaine viennent de franchir un palier alarmant :

Sur fond de diffamation, de mensonge et de calomnie, ces personnes (Alain FINKIELKRAUT et Bernard KOUCHNER) orchestrent un véritable appel au meurtre contre notre jeunesse qui constitue notre avenir.

Le silence des Pouvoirs publics, des partis politiques, des syndicats et de la presse est des plus troublants.

Tandis que, les Pouvoirs publics donnent libre cours à la vente aux enchères par des descendants de criminels négriers, des vestiges, objets et documents d'archives se rapportant à la Déportation des Africains durant les siècles d'esclavage et de la colonisation, ces mêmes Pouvoirs publics interdisent la vente des objets nazis.

Au mépris de nos souffrances, des commissaires priseurs et des descendants de criminels négriers, relatent sur ces documents que nos ancêtres vendaient les leurs. Ces affirmations sont tendancieuses et contestables puisque l'Afrique et les Africains étaient sous domination complète de l'Europe. En revanche des Juifs, tels que les Premiers Ministres d'Israël, Menahem BEGHIN et Yitzac SHAMIRavec le groupe Stern et les dirigeants sionistes allemands ont pactisé avec les Nazis pendant huit ans (1933-1941), et livré d'autres Juifs (et de quelle manière !). Il existe plusieurs documents de sources israéliennes (certains sont classés sous le N° E234151-8, au Mémorial de l'Holocauste -YAD VACHEM- à Jérusalem) qui mesurent l'ampleur et la qualité de la collaboration concertée de certaines organisations et personnalités juives avec Hitler et Mussolini.

Toutefois, en dépit de la véracité de ces faits, les Pouvoirs publics ne sauraient tolérer qu'on ramène ou qu'on réduise l'évocation de la Shoah ou de l'Holocauste au leitmotiv suivant : «les Juifs aussi livraient les leurs ». Alors qu'ils le font pour la Déportation des Africains et la traite négrière.

Malgré ces faits avérés, les Français et les Européens continuent de verser aux Juifs des « indemnités » sans qu'ils soient considérés comme « des assistés ». Or Alain Finkielkraut taxe les Antillais d'assistés, lors même que le Journal Officiel du 14 Juillet 2000 a publié à Paris, un décret signé par le Premier Ministre « Instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites ». Cette indemnité s'élève, au choix du bénéficiaire, à 180.000 francs (27440 €uros) ou à une rente mensuelle (à vie) de 3000 francs (457 €uros) ! Qu'en est-il des Antillais et des Africains ? Ils n'ont droit qu'aux violences policières et humiliations quotidiennes !

A côté de l'injustice criante de l'Etat, il y a une nouvelle forme de dictature intellectuelle exercée par certaines personnalités politiques et intellectuelles sur la communauté noire et sa jeunesse innocente et sans défense allant jusqu'à lui proférer des menaces. Il est évident que le silence des Pouvoirs publics nous impose les réflexes de survie et de résistance.

Désormais, plus rien ne sera comme avant :

Ainsi, vous êtes invités à la réunion qui aura lieu :

LE SAMEDI 09 AVRIL 2005

A 10 H précise au Théâtre de la Main d'Or

15 Passage de la Main d'Or - 75012 Paris

(Métro Ledru Rollin)

Ordre du Jour :

1° Comment organiser la sauvegarde et la sécurité de notre jeunesse ?

2° Comment interpeller les Pouvoirs publics, l'Europe, l'Union Africaine et les Nations Unies ?

3° Comment obtenir la condamnation solennelle des signataires de cette pétition de la haine ?

4° Comment obtenir Réparations ?

5° Maître MISSAMOU expose la situation des procès en cours.

 

Pour le COFFAD Mme J. Valente